Des astuces pour tricher qui ne méritent pas plus qu’un B+ - wtfacts

Des astuces pour tricher qui ne méritent pas plus qu’un B+


Qu’il s’agisse d’un cours difficile ou ennuyeux, ou d’un test sur lequel il est difficile de se concentrer, la tentation est grande de choisir la solution facile. Une personne qui a déjà envisagé de tricher lors d’une interrogation, mais qui a finalement renoncé à le faire, doutait certainement d’être capable de réussir. Bien que nous n’approuvions pas et ne recommandions pas la tricherie, il faut reconnaître que des méthodes créatives pour tricher ont été découvertes au fil des ans. C’est assez amusant de voir toutes les façons ingénieuses dont les gens peuvent se servir pour tricher à l’école, ou même pour améliorer leurs notes. Certains élèves font preuve d’une telle créativité pour battre le système que l’on se demande s’ils n’auraient pas pu s’en servir pour mieux maîtriser leurs cours.

Découvrons tout de suite quelques-unes de ces méthodes de tricherie hors du commun !

Notes sur les ongles

Il est assez facile de voir que cette étudiante a un talent pour le Nail Art. De loin, on dirait que ses ongles sont simplement ornés d’un joli motif. De près, cependant, l’on peut voir que les lignes de texte sont en fait les réponses aux tests !

Elle a dû écrire tout petit – vraiment tout petit ! – pour y parvenir. Mais une fois qu’elle a eu terminé, il ne fait aucun doute qu’elle a réalisé que son plan était infaillible ; les enseignants ne penseront jamais à inspecter les ongles d’une élève pour y trouver des codes de tricherie.

Tricher au vu et au su de tous

L’expression “se cacher à la vue de tous” est parfois le meilleur moyen de contourner les choses. Il est certain que presque personne ne s’attend à trouver ce qu’il cherche sous ses yeux ! C’est le même effet que l’on retrouve en trichant à un examen avec une méthode à laquelle personne ne penserait.

Voit-on bien l’antisèche sur cette photo ? Nous la voyons ! Mais si nous étions l’enseignant dans cette classe, nous ne la verrions probablement pas. Nous serions trop occupés à chercher les élèves qui utilisent des méthodes de tricherie extravagantes et trop évidentes pour remarquer la méthode traditionnelle que l’on voit ici.

Vitamines pour le cerveau

Lorsqu’on boit une gorgée d’eau vitaminée, on n’imagine probablement pas qu’elle puisse servir à autre chose qu’à nous réhydrater. Mais cet étudiant astucieux a su sortir des sentiers battus et a vu une opportunité lorsqu’il a acheté son eau vitaminée avant le cours.

Avant son examen, il a pris le temps d’utiliser son ordinateur pour recréer l’étiquette de l’eau vitaminée. Mais le hic ou le chic, c’est qu’à la place des informations nutritionnelles sur l’étiquette, il a mis les réponses dont il aura besoin à son prochain test ! Il s’agit d’une tricherie créative, si l’on ose dire.

L’hydratation est la clé

Tout le monde – même les élèves qui passent des examens ! – doit s’hydrater. La plupart des enseignants le comprennent et autorisent leurs élèves à avoir une bouteille d’eau ou une boisson à leur bureau. Et si notre professeur est l’un de ces enseignants, nous avons de la chance !

Pourquoi ne pas prendre un jus de fruit la prochaine fois qu’on passera un examen ? Non seulement les boîtes de jus de fruits sont délicieuses, mais on découvre ici qu’elles sont également pratiques pour cacher de petites antisèches. Il a suffi à cet étudiant de glisser un bout de papier sur le côté de la boîte de jus de fruit et d’y jeter un coup d’œil quand il a besoin d’un indice.

Le coin du téléphone portable

À l’ère du numérique, la façon la plus simple de tricher à un examen est certainement d’utiliser son téléphone. Le problème, c’est que les enseignants en sont aussi conscients que leurs élèves. Résultat ? Les candidats sont surveillés pour l’utilisation de leur téléphone pendant le test. Certains professeurs vont même jusqu’à les confisquer avant de débuter !

En général, les téléphones sont utilisés pour chercher des réponses ou pour stocker des notes électroniques auxquelles on peut accéder pendant le test. Mais sans téléphone, ou sous l’œil vigilant d’un professeur, il est impossible d’utiliser ces stratégies – à moins, bien sûr, de prendre exemple sur cet étudiant qui ne manque pas d’air.

Pris en flagrant délit de bras supplémentaire

Quand on est à court de bras, ce serait une bénédiction d’avoir une ou deux mains supplémentaires, non ? Eh bien, cet étudiant a décidé qu’il était hors de question d’être à court de bras pendant un test. Au lieu de n’utiliser que ses deux mains et son cerveau pour son examen, il s’est servi d’un bras  supplémentaire.

Cette stratégie, aussi astucieuse soit-elle, n’est pas de celles que l’on se verrait bien utiliser, mais avouons-le, même s’il se faisait prendre, le professeur serait sûrement impressionné par sa créativité. Espérons qu’il ou elle la trouve aussi intelligente que nous !

Calculatrice ou ordinateur ?

L’avantage des vieux smartphones, c’est qu’ils sont petits. La plupart d’entre eux sont assez petits pour tenir dans une calculatrice scientifique, ce qui est une chose à laquelle nous n’avions jamais pensé… jusqu’à ce que nous voyions ce que cet étudiant a fait avec son téléphone et sa calculatrice.

Peu avant l’examen, cet étudiant a transformé son innocente calculatrice en l’équivalent d’une feuille de réponses mobile. Il a retiré la partie intérieure de la calculatrice et y a placé son vieux smartphone, ce qui lui donne ainsi un accès au web alors qu’il est censé faire des calculs manuellement. Quelle sournoiserie de sa part !

Travail d’équipe

Cette tricherie repose sur les capacités d’un seul élève. Ce dernier est responsable des notes de ses camarades de classe. Quelle pression énorme, en plus des épreuves et des tribulations habituelles ! Quoi qu’il en soit, cette méthode est tout simplement géniale.

Un élève particulièrement studieux étudie pour le test, mémorise toutes les bonnes réponses et les cimente dans sa mémoire. Puis, pendant le test, l’élève et ses camarades communiquent les réponses au moyen de divers signaux corporels : une toux pour A, un éternuement pour B, et ainsi de suite. Cette méthode fera certainement naître beaucoup de bruit dans la classe !

Une idée de gribouillage

Cette méthode est l’un des classiques de notre liste, car elle est pratique et facile à mettre en œuvre. Celui qui a déjà cassé ou démonté un stylo, sait combien il est facile de le remonter sans toutes ses parties internes – c’est le principe de cette méthode.

Pour réussir cette tricherie, il a suffi de démonter le stylo porte-bonheur et de remplacer ses parties internes par une feuille de papier enroulée (de préférence une feuille contenant les réponses !). Ensuite, il l’étudiant a remis le stylo en place. Lorsqu’il a besoin d’une réponse sur la feuille, il appuie sur le stylo pour faire apparaître le papier.

Des chaussures pour réussir le test

Porter les bonnes chaussures est essentiel à la réussite d’un test – surtout si on compte sur ses baskets préférées pour fournir les bonnes réponses. Une paire de chaussures avec une semelle épaisse en caoutchouc peut être un bon endroit pour stocker des conseils utiles, s’il devient imprudent de se servir d’une feuille de papier supplémentaire.

C’est un « bon » moyen d’obtenir un peu d’aide supplémentaire, tout bien considéré. Le professeur ne va jamais penser qu’il y a des codes de tricherie sous les chaussures, mais en même temps, il se demandera probablement pourquoi quelqu’un dans la salle ne cesse de tripoter ses chaussures en plein milieu du test.

2 fois les notes

Certains professeurs autorisent les étudiants à utiliser une seule carte de notes pour leurs tests et examens. Cette carte peut être remplie au maximum, tant qu’elle reste seule. Cela signifie que tout est permis : écrire en petit, abréger des mots, gribouiller, éclairer en hauteur – vraiment, tout et n’importe quoi !

Au lieu de se tracasser à écrire tout petit et d’ajouter des informations désordonnées ainsi que des abréviations, cet étudiant astucieux a utilisé une paire de lunettes 3D. En écrivant des notes les unes sur les autres au stylo rouge et bleu, l’étudiant utilise ensuite ses lunettes pour isoler chaque couleur et lire ses notes soigneusement élaborées.

Astuces comestibles

Seuls ceux qui savent écrire petit peuvent réussir cette tricherie. En effet, il s’agit d’écrire suffisamment petit pour faire tenir les réponses sur du chewing-gum, ce qui peut être un véritable défi si l’on est habitué à écrire gros.

Lorsqu’on a terminé d’écrire les réponses, il faut souffler dans le chewing-gum et c’est tout ! Il s’agit d’une méthode qui convient sans doute mieux aux tests courts ; manger chaque morceau de chewing-gum sur lequel figure une réponse peut et va probablement donner mal à la mâchoire à quelqu’un si le test est trop long.

La tricherie de la demi-heure

Le professeur qui a découvert ce pot aux roses chez cet élève était à la fois impressionné et en colère, et cela est normal ! L’idée est en or, même si pas le motif ? On peut se poser des questions (la tricherie n’est jamais encouragée !). Quoi qu’il en soit, on a l’impression de sortir tout droit d’un film d’espionnage de la guerre froide.

L’étudiant a réussi à monter un système de défilement en utilisant une montre et un morceau de papier enroulé. Lorsqu’il accorde la montre, le papier tourne, révélant ainsi ses réponses. Cet élève a l’étoffe d’un futur ingénieur… s’il étudie correctement !

Succès de la capture d’écran

La jeune génération a tendance à avoir plus de connaissances en matière de technologie que la génération précédente. Elle sait comment exploiter la puissance de la technologie et l’utiliser à son avantage dans de nombreux domaines de la vie, y compris en classe, ce qui lui donne un avantage sur nombre de ses professeurs.

Lors d’un test informatique noté, cet élève a décidé d’utiliser ses connaissances technologiques pour la plus grande joie de ses camarades. L’élève a fait une série de captures d’écran des bonnes réponses au test et les a envoyées à ses camarades. Une aide précieuse tant que le professeur ne se rend compte de rien !

Gadget élastique

Cette astuce de base demande un peu de planification. Quelques jours avant le test, il faut forcément commencer à manipuler un élastique en classe. Il faut l’étirer, le retourner, le tordre, le faire claquer et s’amuser avec ! En veillant bien sûr que ce soit évident pour tous et à ce que nous l’utilisions un peu.

La veille du grand test, il suffit alors d’étirer l’élastique sur un livre ou un classeur et d’écrire les réponses dessus pendant qu’il est étiré. Ensuite, lorsque l’élastique est retirée du livre ou du classeur, l’écriture ressemble à du griffonnage et à des gribouillis. Un élève qui étire un élastique, une habitude nerveuse, peut-être ? Avec un peu de « chance », l’enseignant qui supervise le test le pensera aussi.

Anneau de notes

Voici, ce qu’on peut définir comme étant un “anneau de notes”. Bien qu’elle ne ressemble à rien de contraire à l’éthique, cette petite bague est en fait un petit livre coquin, un outil massif de tricherie, pour aider son porteur à réussir son examen.

On peut porter la bague comme un objet tendance, ou l’utiliser pour tricher, bien sûr. Lorsque le professeur passe, on peut toujours faire comme cet élève et tourner la bague pour cacher le livre. Nous ne sommes pas sûrs de savoir où trouver l’un de ces gadgets faits pour tricher, mais on en apprend encore davantage sur les astuces les plus révolutionnaires.

Notes issues de la source

Si un professeur autorise ses élèves à apporter en classe une grande feuille de papier sur laquelle sont inscrites des notes, cette astuce de triche pourrait fonctionner. La plupart des notes qu’on pourrait apporter proviennent probablement du manuel scolaire, non ? Si oui, c’est génial, dirait le tricheur !

Il est donc possible d’utiliser un ordinateur pour créer une police qui ressemble presque à une écriture faite à la main. Ensuite, il s’agira de copier et coller les notes du manuel dans un document avec la police en question avant de l’imprimer ! On ne trouvera ainsi que des notes “écrites à la main” mais qui proviennent en fait directement du manuel.

Des notes pour se moucher

Cette méthode de tricherie existe depuis aussi longtemps que les mouchoirs eux-mêmes. Elle n’est pas originale, mais semble avoir un certain succès, vu qu’elle est encore utilisée si couramment. Avant le test, on écrit les notes sur un morceau de mouchoir en papier à usage unique et on le glisse dans sa poche.

Une fois le moment du test arrivé, tout ce qu’on a à faire est de renifler, tousser et éternuer comme si on avait attrapé le pire rhume qui soit. Après, il ne reste plus qu’à jeter les notes et à les déchirer pour s’assurer que les preuves sont détruites.

Le temps des casquettes de baseball

Ceux qui ne portent pas de casquettes de baseball, qu’ils soient fans ou non d’une équipe particulière, vont peut-être commencer à en porter. Pourquoi ? Une casquette de baseball classique semble être un excellent moyen de tromper le système scolaire et d’obtenir une aide supplémentaire pour les tests.

En collant une antisèche sur le bord intérieur de la casquette, on ne fait pas que glisser une aide supplémentaire pour le test, mais on accède aussi assez facilement à ladite aide. Cependant, avec cette méthode, il faut encore espérer que les personnes qui se trouvent à côté ne fassent pas une dénonciation auprès du professeur.

Tout est prêt

Il va sans dire que pour fonctionner correctement, le cerveau et le corps ont besoin d’une certaine quantité de sucre. C’est pourquoi, lors d’un examen, cette étudiante astucieuse a pensé à cela et s’est assurée d’apporter beaucoup de sucre avec elle – juste au cas où.

Avant l’examen, elle a déballé une douzaine de bonbons et a écrit ses notes de tricherie à l’intérieur des emballages. Elle a ensuite soigneusement remballé chaque bonbon, avant de les déballer et de se régaler tout en se donnant des conseils utiles pour la suite.

Élégant et sournois

Peut-on allier mode et sournoiserie à la fois ? Cette élève a montré que cela était bien possible, tout en obtenant un A à ses tests, et à la clé ! Mais il n’y a apparemment aucune inquiétude pour ceux qui ne sont pas des As à l’école, – puisqu’en utilisant cette simple astuce, les A ne sont jamais trop loin.

Après avoir écrit divers mots-clés et notes utiles sur un bras, cette étudiante les a ensuite recouverts de bracelets. Ce qui est bien, c’est que les bracelets sont bon marché, amusants à accessoiriser et discrets : personne ne se rendra compte de ce qu’il y a en dessous à moins de pousser la réflexion très loin.

La cachette-pansement

Tout le monde sait que les tricheurs ne gagnent jamais, n’est-ce pas ? Eh bien, qu’on ait ou non cette impression bizarre, d’aucuns pensent que le fait de se rappeler astucieusement une ou deux réponses n’est pas de la triche… car disent-ils, le reste du test a été fait en utilisant uniquement la puissance du cerveau !

Ceux qui adhèrent à cette idée, vont certainement adorer cette astuce pour tricher. En utilisant un pansement, on garantit au moins que, même si on est tenté d’aller plus loin, on ne pourra s’en servir que pour échapper à une ou deux questions, avec en plus peu de chance de se faire prendre. Mais, est-ce que cela en vaut finalement la peine ?

Se balader en jupe

Cette astuce est certainement plus efficace pour les filles (qui ont l’air naturelles en portant une jupe en classe), car elle attirerait tout de suite l’attention pour les garçons, à moins d’habiter en écosse. Quoi qu’il en soit, cette méthode de tricherie est sûrement la plus audacieuse de notre liste et celle qui risque de passer le plus inaperçue.

Elle peut aussi très facilement attirer l’attention du professeur, mais en écrivant les réponses sur la jambe supérieure, il est beaucoup moins probable qu’il demande à voir l’antisèche si l’on se fait prendre. Il serait en effet plus que gênant pour un professeur de demander à voir la cuisse de quelqu’un!

La montre des secrets

Soyons honnêtes : beaucoup d’étudiants trichent à un moment ou à un autre de leur parcours universitaire, même si pas tout le monde. En général, ils le font en introduisant clandestinement des notes ou des téléphones portables. Cet étudiant, cependant, est monté un cran au-dessus et a acheté une montre connectée, une Smartwatch, à utiliser spécialement pour la tricherie.

Il a simplement fait des captures d’écran de ses notes et les a envoyées à sa Smartwatch, qu’il porte lors de tous ses tests et interrogations. De cette façon, il peut sournoisement et discrètement consulter ses notes chaque fois qu’il en a besoin sans avoir l’air d’enfreindre les règles.

Une méthode de signature

L’une des façons de réussir un test est d’écrire les réponses que nous cherchons. En voyant probablement la photo de ce sweat-shirt et on peut immédiatement se demander comment il avait pu être utilisé pour tricher…. et comment il on s’y était pris très précisément.

Apparemment, cet étudiant a écrit ses notes et ses codes de triche cachés parmi les différents types d’écriture qui apparaissent sur son sweat. En faisant cela et en se présentant en classe, il peut être sûr que personne ne devinerait jamais qu’il est littéralement couvert de codes de triche.

Une pause dans les toilettes

Cette fille astucieuse a utilisé les pauses toilettes à son avantage : chaque pause toilette était une excuse pour vérifier ses notes, qu’elle gardait au petit coin, loin du regard de son professeur. Pour s’assurer que personne ne lui enlève ses notes, celles-ci sont placées assez haut pour que la plupart des gens ne prennent pas la peine de les enlever.

Avec autant de notes ici, nous supposons qu’elle a obtenu un A au test qu’elle a passé, mais encore faut-il qu’elle se souvienne de les enlever aussi vite que possible après le test, et espérer qu’aucun professeur ne fasse un tour au petit coin.

Une vue imprenable

Tout le monde sait que les élèves obtiennent de meilleurs résultats dans les matières qu’ils aiment. Lorsqu’on passe un test dans notre cours préféré, on est probablement beaucoup plus enthousiaste que si nous passions le même test dans une autre matière.

Malheureusement, les tests se présentent sous toutes les formes et toutes les tailles, et nous devrons un jour ou l’autre en passer un dans la matière que nous aimons le moins. Quand cela se produit, certains font comme cet étudiant et s’assurer d’obtenir un siège avec une vue sur le poteau sur lequel sont écrites toutes les notes.

Sous les ongles

Wow ! Cette méthode de tricherie est particulièrement impressionnante. Nous avons déjà vu des gens écrire en petits caractères pour tricher, mais avons-nous déjà vu quelqu’un écrire suffisamment petit pour que ses notes puissent tenir sous ses ongles ? Nous n’en avons jamais vu !

Cette élève a réussi à écrire suffisamment petit, ce qui est un premier succès. La question est cependant de savoir si elle est capable de lire sa propre écriture en miniature. On peut encore espérer qu’elle ait une vision de 20/20, autrement tous ces efforts n’auront servi à rien.

Taper deux fois pour la réponse A

Depuis des centaines d’années, les tests donnent des trous de mémoire aux étudiants. Pensons-y : combien de fois avons-nous été totalement préparés à un test la veille, pour finalement voir toutes les informations disparaître au moment de donner nos réponses ?

Dans ces moments-là, certains étudiants comptent sur leurs amis peut se souvenir des bonnes réponses, et tout va bien ! Celui qui est désigné comme étant le cerveau de l’opération peut tapoter son crayon une fois pour A, deux fois pour B, et ainsi de suite ! Plutôt simple, non ? Attention cependant à ne pas tomber sur un professeur qui connaît cette méthode sur le bout des doigts.

La triche dans le manche

L’intégrité académique est une grande chose à laquelle il faut aspirer. On peut bien sûr se trouver bon nombre d’excuses qui poussent à recourir à la tricherie. Après tout, les étudiants se lèvent tôt, vont en classe toute la journée, font leurs devoirs pendant des heures, pour finalement se coucher avec des heures de travail à faire qui les attendent au réveil.

Épuisé et ne fonctionnant pas bien, ce type a pris l’habitude de cacher les réponses aux tests dans sa manche. Il a collé un morceau de papier avec les bonnes réponses à l’intérieur de la manche de sa chemise. Il a de bonnes excuses, mais il ne pourra en vouloir qu’à lui-même s’il se fait prendre.

Starbucks sauve la journée

Accro à la caféine ? Starbucks est-il le tout premier arrêt de la journée ? Si quelqu’un répond oui à ces deux questions, alors cette astuce va sans doute devenir sa favorite. Les employés de Starbucks sont censés nous donner un étui pour nos boissons chaudes.

Lorsqu’ils le font, il suffit de l’enlever et d’écrire les réponses à tous les tests qu’il y a à passer ce jour-là avant de replacer le gobelet. Il faut aussi faire attention à ne pas se brûler les mains ! Qui aurait cru qu’en dehors de son usage habituel, ce logo vert et blanc pouvait devenir si pratique ?

La règle

Y a-t-il l’une de ces vieilles règles en bois qui traînent quelque part ? De préférence, celles en bois massif ou avec un dos en métal. Cette personne à l’esprit vif en avait une ; et elle l’utilisait pour autre chose que pour son usage normal. Il s’avère que le dos de cette règle en bois est un endroit idéal pour rédiger une antisèche.

Il faut alors veiller à utiliser un crayon, car un stylo ou un marqueur serait trop permanent et ne permettrait pas d’utiliser la règle plus d’une fois. Il peut également être judicieux de laisser la règle antisèche sur notre plan de travail en couvrant bien sûr la partie écrite !

Le plagiat correct

Dans la liste des actes contraires à l’éthique pouvant être commis dans une école, le plagiat est l’une des fautes qui risquent d’attirer de sérieux ennuis. Mais ceux qui le font savent sans doute qu’il y a de bonnes et de mauvaises façons de s’y prendre.

Il ne faut pas copier-coller le passage d’un livre ou d’un site web, car cela risque d’attirer très vite les ennuis (les enseignants ont des stratégies pour déceler le plagiat). Il faut faire  plutôt un copier-coller, puis modifier quelques mots de la phrase. Il est même possible de réécrire et de réorganiser les phrases pour les rendre originales, ce qui n’est plus en fait du plagiat ni de la tricherie, mais plutôt de la réécriture.

L’art ongulaire (faux ongles)

Autre bel exemple de Nail Art ou stylisme ongulaire à la rescousse, cette étudiante a utilisé de faux ongles en acrylique. Ces ongles autocollants peuvent être achetés dans n’importe quel magasin de beauté et sont beaucoup moins coûteux qu’une vraie paire d’ongles dans un salon.

En utilisant une écriture minuscule, l’élève a réussi à écrire les réponses sous ses ongles. Au moment du test, elle va simplement relever ses ongles pour récupérer les réponses et les replacer lorsque le professeur fera sa ronde. Est-ce utile de préciser que cela s’applique surtout aux filles ?

L’échange de réponses

Ceux qui ont un(e) meilleur(e) ami(e) forment très souvent une excellente équipe avec leur binôme. C’est ainsi que certains aiment « travailler » ensemble pour obtenir un A ? Il suffit de remplir les réponses du test du mieux que l’on peut et de s’assurer de s’asseoir à côté de sa ou de son meilleur ami.

Une fois que les deux ont fini de remplir leurs feuilles, ils les échangent alors et remplissent les blancs laissés par l’ami. Ensemble, il y a donc moins de chances de laisser des réponses vierges sur la feuille et bien plus de chances d’obtenir une meilleure note.

Chaussettes sans chaussures

Les méthodes de tricherie les plus ingénieuses se présentent sous différentes formes et tailles. Il s’agit essentiellement de créativité et de discrétion. Donc, si l’on doit marquer les esprits en donnant les méthodes de tricherie les plus innovantes, on ne devrait pas oublier de parler des chevilles.

Oui, c’est exactement cela ! Il est possible de porter des chaussettes courtes à l’école et de s’en servir pour couvrir les réponses écrites sur les chevilles ou pour dissimuler un morceau de papier. Si le professeur passe à côté, il suffit alors de remonter simplement la chaussette et de simuler une démangeaison. L’enseignant n’y verra que du feu !

L’encre invisible

Comme dit le dicton, ce ne sont pas les tests qui excusent la tricherie, mais plutôt les conditions dans lesquelles ces tests sont organisés. Même si un enseignant est présent et surveille la situation, il existe encore de nombreuses possibilités de tricher.

Dans les cas où on a droit à une feuille de papier vierge pour résoudre les problèmes, on peut l’utiliser comme un carnet secret. Il s’agira d’écrire des notes à l’encre invisible et d’utiliser le papier de notes comme papier vierge autorisé. Il faudra dans ce cas redoubler d’attention, car il faudra aussi utiliser une petite lampe pour retrouver les traces de l’encre invisible !

Mots supplémentaires

Honnêtement, il n’y a rien de pire qu’une rédaction avec un nombre de mots précis à atteindre. Plus le nombre de mots est élevé, plus l’effort à fournir est important et le fait d’effectuer ces efforts n’est pas simple quand on a le syndrome de la page blanche.

Si la rédaction en question contient des noms qui ont été raccourcis au seul nom de famille de la personne, on peut revenir en arrière et ajouter son prénom autant que cela est possible. Nous pouvons également faire de même avec les abréviations des États et autres noms de lieux. Cela devrait ajouter quelques mots supplémentaires et aider à respecter le nombre de mots demandé. Ici, on parlera certainement plus d’une astuce que de tricherie.

Traduction

Parfois, pendant notre parcours scolaire, nous ne voulions pas lire les livres qui nous étaient assignés. Pourtant, nous l’avons fait, mais nous ne l’aurions peut-être pas fait si nous avions connu cette astuce pratique. Cet élève a pris un roman à lire et a effectué des recherches sur internet pour trouver des résumés sur ce sujet.

Il en a trouvé un qui lui plaisait et l’a traduit dans plusieurs langues différentes. Finalement, il l’a retraduit en français et a fait quelques ajustements mineurs pour corriger les fautes. Voilà ! Avec juste un peu de copier-coller et un travail d’édition simple, nous pouvons faire des miracles.

Notes de musique

Tout comme les feuilles de papier et les fiches de rechange, de nombreux enseignants autorisent également les élèves à écouter de la musique pendant leurs tests. À l’époque, cela n’aurait pas posé de problème. Mais dans la société d’aujourd’hui, même la musique peut être utilisée pour tricher facilement.

On peut se servir par exemple d’un smartphone pour faire des enregistrements audio de nos cours. Cela peut alors permettre de compléter les réponses des tests en écoutant, grâce aux écouteurs, les notes préalablement enregistrées. Avec un peu d’astuce, nous pouvons aussi trouver une vidéo en ligne ​en rapport avec notre sujet d’examen.

Extension des délais

Ceci est sans doute l’astuce phare de certains étudiants de l’enseignement supérieur et de l’université qui peinent à rendre leurs travaux en ligne. Cette tricherie est aussi simple que très efficace, si le professeur ne se rend compte de rien. En cas de stress concernant l’échéance d’un devoir, pas d’inquiétude ! Ils envoient à leur enseignant un fichier qu’il ne sera pas en mesure d’ouvrir.

Il essaiera probablement de l’ouvrir plusieurs fois avant de répondre et d’informer l’étudiant que, pour une raison ou une autre, il ne peut pas ouvrir le devoir rendu. Cela laisse donc un peu de temps supplémentaire pour terminer le projet et remettre au professeur une version qu’il pourra facilement ouvrir et noter.

Mémoire

L’étude pour les examens est une question de mémorisation. Habituellement, nous essayons de mémoriser les informations des notes et des manuels. Mais est-il possible de mémoriser, mot pour mot, une page entière d’un ouvrage ? Comme un robot en pilotage automatique, l’élève qui nous a parlé de cette tricherie a dit qu’elle s’était simplement assise et avait mémorisé son livre mot à mot.

De cette façon, elle a mémorisé l’ensemble du livre. Incroyable, non ? Cette astuce fonctionne parce qu’il est beaucoup plus facile de se souvenir d’un passage mot par mot sans réfléchir que de laisser chaque mot s’imprégner – pensons à la mémoire musculaire, par exemple.

Lecteur de crayon

Les questions à choix multiples sont le format de test préféré de la plupart des étudiants. Plusieurs choix sont proposés et nous pouvons ainsi nous fier à notre intuition pour déterminer la meilleure réponse, même si on ne connaît pas la bonne réponse.

Ou bien, ceux qui veulent à tout prix tricher peuvent toujours essayer de décoder ce que la personne la plus intelligente de la classe est en train d’écrire, en observant le mouvement de son crayon. D’accord, ce n’est pas le meilleur moyen de tricher, mais avec un peu d’entraînement, il et certainement possible d’y arriver. Tout comme avec un peu d’entraînement, on peut finir avec une bonne note sans avoir du tout besoin de tricher !